Protection des espèces marines : l’ONG « SEA SHEPHERD »

La Sea Shepherd Conservation Society est une ONG maritime fondée en 1977 par Paul Watson, écologiste canadien (ancien membre de Greenpeace), vouée à la protection des créatures marines. Elle est basée à Friday Harbor, dans l'état de Washington aux Etats-Unis.

"Fondée en 1977, Sea Shepherd Conservation Society (SSCS) est une organisation internationale à but non lucratif de conservation de la faune et de la flore marines. Notre mission est de mettre un terme à la destruction des écosystèmes marins et au massacre des espèces dans le but de conserver et de protéger la biodiversité des océans du monde entier.

Nous mettons en place des stratégies novatrices d’action directe pour enquêter, documenter et intervenir si nécessaire afin d’exposer et de combattre les activités illégales de haute mer. En sauvegardant la biodiversité, nous nous efforçons de préserver la survie de nos fragiles écosystèmes marins pour les futures générations." (Source : Site Officiel SSCS)

Pour en savoir plus : SSCS sur Wikipedia

Le site officiel en français : c'est ici

Les justiciers des mers comme ont les surnomme en français (pourtant nous devrions traduire les bergers de la mer, puisque la traduction littérale du mot "shepherd" est berger), sont terriblement efficaces. Ce sont de véritables guerriers, ce qui peut étonner au premier abord. Toutefois, vu que la loi n'est pas respectée, doit ont les en blâmer ou les en féliciter ?

Comme Greenpeace (Greenpeace sur Wikipedia), mais de façon plus rude, Ils luttent notamment contre la destruction massive des baleines dans l'océan Austral. Malgré l'interdiction internationale de chasser les baleines, le Japon passe outre en prétextant utiliser les cétacés dans le but de s'en servir pour la recherche.

Ils se battent pour que les enfants de la terre puissent connaître les merveilleuses espèces marines qui sont malheureusement pour certaines en voie de disparition. Ils se battent contre la folie des hommes et pour que ces animaux marins aient le droit de vivre.

Pour les soutenir et les aider dans cette lutte qui est la notre aussi : c'est ici

N'hésitez pas à laisser vos commentaires en utilisant le formulaire en bas de page

 

Quelques vidéos :

Une réflexion sur “Protection des espèces marines : l’ONG « SEA SHEPHERD »

  1. Merci pour cet article. Le combat des SeaShepherd est véritablement primordial. Cela fait plus de 10 ans qu'ils se battent pour la cause. La Cour internationale de Justice a donné raison à l'Australie : le Japon est sommé d'arrêter sa chasse à la baleine dans l'océan Antarctique. Une décision historique qui pourrait assurer une certaine tranquilité aux espèces menacées. Mais, il faut rester prudent. La présidente de l'association SeaSheherd France, Lamya Essemlali, ne semble pas rassurée, pour elle le combat doit continuer. L'Agence des pêches japonaises vient d'annoncer qu'elle renonçait à sa prochaine campagne de pêche dans l'Antarctique. La décision de la cour internationale de justice y est pour quelque chose. Même, s'il semble arrêter pour l'instant la pêche interdite, le Japon ne semble pourtant pas avoir pris de décision concernant l'année 2015. Je vous laisse lire cet article de SeaShepheard France : Sea Shepherd News Le Japon est de mauvaise foi, comment peut-on capturer et dépecer plusieurs centaines de baleines chaque année au nom de la recherche scientifique ? Est-ce réaliste ? Le Japon soutient que ses activités sont scientifique, pourtant la chair des baleines chassées termine sur les étals nippons Selon l'Australie, le Japon à tué plus de 10 000 baleines depuis 1987. Il n'y a eu aucune sanction. Pour suivre le combat des SeaShepherd, plusieurs films sont diffusés chaque dimanche soir sur RMC-Découverte à partir de 20h45 (attention pour les couches-tôt la diffusion prend fin sous les coups de 1h30 du matin). Sinon, je vous laisse le lien d'une vidéo de Lamya Essemlali : http://www.seashepherd.fr/news-and-media/news-20140218-fr-04.html A bientôt  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *