Loi Nome et énergie photovoltaïque

LOI NOME et suppression de la réfaction ( réduction ) du coût du raccordement concernant les producteurs d’énergie photovoltaïque :

Cette loi 2010-1488 du 7 décembre 2010 vient freiner la mise en œuvre de milliers de projets d’installations PPV.
En effet, non seulement les producteurs d’énergie photovoltaïque se sont vus imposer la diminution du tarif de rachat du kWh , mais elle accentue encore plus la pression sur la rentabilité financière des projets en supprimant la réfaction prévue par les coûts de raccordement au réseau électrique.

Selon les termes en vigueur avant la loi NOME, les taux de réfaction tarifaire égaux à 40% était alors appliqués car régi par l’arrete du 28 août 2007 et du 17 juillet 2008. Il en résultait que généralement, le demandeur du raccordement ne supportait que 60% du coût du raccordement.

Cette contribution était effective que ce soit pour la production PPV, une demande de raccordement neuf avec ou sans extension du réseau ou bien d’une modification d’un raccordement déjà existant.
Néanmoins, depuis la mise en place de la loi NOME, le taux de réfaction a été supprimé pour les producteurs d’énergie photovoltaïque avec de graves conséquences sur les emplois liés aux installations de panneaux PPV, et sa filière de production.
D’après le magasine ERDF infos n°16 mai-juin 2011, « les demandes de raccordements pour les installations de production PPV ont été multipliées par plus de 4 entre 2008 et 2010 » …avant que la loi NOME ne soit modifiée de façons à ce que les producteurs d’électricité renouvelable ne puissent plus bénéficier du taux de réfaction sur les travaux de raccordement au réseau, par contre elle subsiste « naturellement » pour les clients qui s’équipent de matériels électriques énergivores.

En mettant en place une sorte de « prime  à la consommation d’énergie »,
ERDF prend en charge 40% de réfaction sur les devis concernant une modification de raccordement au réseau électrique des clients voulant mettre en place de nouveaux équipements, comme  les installations de pompes à chaleur, de climatiseurs, de jaccusi ou de chauffage électrique et qui concerne la grande majorité des devis de modification de puissance à traiter.
Le taux de réfaction s’appliquant automatiquement sur le coût du devis établi par ERDF  sauf dans quelques cas particuliers.  ( voir en bas de page )

Dans les cas de réfaction, c’est ERDF qui prend à sa charge  le taux de réfaction via le tarif d’utilisation des réseaux publics de distribution d’électricité ( TURPE ), mais il faut savoir que ce coût est toujours répercuté In fine sur l’augmentation du prix du kWh, et c’est bien le consommateur qui au final va en supporter les coûts sur sa facture d’électricité.  

Il n’est pas besoin d’être un spécialiste en politique industrielle pour comprendre  que ce coup de frein brutal porté au développement de l’énergie photovoltaïque va rendre un grand service au lobby nucléaire qui n’a pas l’intention de changer sa politique de production énergétique basée à 80% sur l’industrie de l’atome.  

Je fais un rêve……Si un jour nos décideurs politiques avaient la volonté de mettre en place une prime contractuelle sur le coût du kWh pour les petits consommateurs, et à l’inverse une taxe graduelle à partir d’un certain seuil pour les gros consommateurs, et qui  pourrait servir par exemple à financer  des travaux d’isolation dans l’habitat des clients en situation de précarité énergétique. Cette politique solidaire de soutien aux économies d’énergies  serait un pas de plus vers la sortie du nucléaire.

Signé : un agent ERDF qui souhaite garder l'anonymat étant encore en activité.

NB :   PPV     ( production photovoltaïque )
           PR       ( puissance de raccordement )
           KVA   ( unité de puissance produite )
           HTA  ( haute tension )
           ERDF ( électricité réseau distribution France )

Cas particuliers ou la réfaction n’est pas prise en compte
1.La réalisation pour un raccordement individuel de puissance supérieure à 36 KVA dans le cas d’un point de livraison situé en domaine privé,
2.le raccordement d’installations dont la puissance de raccordement est supérieure à la puissance-limite réglementaire,
3.Les alimentations complémentaires,
4.Les déplacements d’ouvrages de raccordement demandés par un utilisateur pour raisons esthétiques,
5.Les alimentations de secours en HTA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *