Pourquoi des Rencontres éco-citoyennes à MERINDOL (Vaucluse)?

"Les rencontres Eco-citoyennes de Mérindol" (Vaucluse) : Une réussite malgré le mauvais temps durant ce Weekend de juin 2011

L'association AME (Action Mérindol Environnement) persévère sur l'application de sa nouvelle charte qui permet d'éviter le « green business » que l'on retrouve dans de nombreux salons. Une vrai réussite sur tous les plans. Nous avons apprécié l'organisation bien orchestrée, la qualité des exposants et la richesse des conférences. Un excellent week-end, riche de partages et de rencontres.

 

Pourquoi des Rencontres éco-citoyennes à MERINDOL ?

S'il fallait résumer la raison d'être, des rencontres Eco-citoyennes de MÉRINDOL, elle pourrait se faire par ce seul élément inconcevable, rappelé par le  Président de l'association APTE, lors de l'ouverture des rencontres  samedi 4 juin au matin : « 40 % de la nourriture que le monde produit est jeté à la poubelle ».
Immédiatement, nous faisons le rapprochement avec la famine qui touche chaque année  des millions d'individus dans le monde.
Nous comprenons alors, au travers de ce seul exemple dramatique, l'incapacité du monde libéral  (ou néolibéral) a organiser la société dans l'intérêt de tous.

Une société qui  gaspille les richesses qu'elle produit, alors que des humains meurent de faim et de malnutrition, alors que  tant de besoins restent insatisfaits, a perdu la raison et sa raison d'être! Il n'est nul besoin de crise financière pour sans convaincre.

Devant une telle situation, un nombre  tous les jours un peu plus important de personnes,  cherchent d'autres solutions pour réorganiser une société qui ne  laisse , cette fois-ci , quiconque, sur le bord de la route.
Les rencontres Eco-citoyennes  ont  accordé cette année une place privilégiée à l'agriculture  biologique puisque le monde doit se soucier  aujourd'hui de nourrir les populations en leur fournissant à  nouveau des produits sains (la FAO , organisme dépendant de l'ONU a conclut que seule l'agriculture Bio était à même de répondre correctement  aux besoins croissants liés à la démographie). Les combats déterminants  qui se mènent en ce moment sont ceux qui permettent aux paysans de retrouver des terres a cultiver. La lutte est difficile face aux aménageurs de « tous poils » décidés à  construire  des zones d'habitations, commerciales ou artisanales.

Parmi les nombreuses conférences,  qui furent tenues le long de ce week-end, il en est une qui fut très prisée. En effet, si la culture Bio a eu la place qu'elle mérite, la biodiversité a été évoquée avec l'intervention de Pierre Henry Gouyon professeur au Muséum National d'histoire Naturelle. Nous savons qu'il y a danger avec la disparition accélérée des plantes, animaux et d' autres espèces vivantes, invisibles, comme les bactéries. Les scientifiques parlent, aujourd'hui,  de la 6 ème extinction    des espèces (L'extinction de l'Holocène).
 Le professeur  est notamment venu nous expliquer que le seul moyen de préserver  la biodiversité n'est pas de la stocker dans des chambres froides, ainsi que cela est en   train de ce faire en Norvège.  Préserver, de cette façon,  la biodiversité n'a pas de sens. La biodiversité n'est  pas quelque chose de figé. La biodiversité est en perpétuelle évolution. La seule solution est d'arrêter de détruire l'environnement de façon  à laisser la nature le temps de faire  les changements. La nature a besoin de temps et l'homme ne lui en laisse plus. Les perturbations et dégradations qu'il provoque désorganisent et compromettent la transformation des espèces.

 

la chanteuse ELODIE devant l'arbre à Utopie

Les rencontres Eco-citoyennes sont, surtout, un moyen d'échanges entre les personnes autour de projets communs qui fleurissent afin de développer une autre façon de vivre. Les maitres mots sont la solidarité, l'écoute de l'autre, l'autonomie, la coopération au lieu de la mise en concurrence .

La fin du pétrole (1) et le  changement climatique

Les  20 scénarios, aujourd'hui connus,  estimant le début de la décroissance de la production du pétrole donnent  comme date moyenne l'année 2022. Nous sommes donc obligés de nous organiser afin de vivre, très bientôt,  dans un environnement où le pétrole, les autres énergies fossiles et minières (l'uranium qui alimente les centrales nucléaires ) auront -si non disparues- du moins seront rares et donc très chéres. La crise énergétique  est couplée à celle du réchauffement climatique. Or il se trouve qu'il y a conjonction et opportunité  entre les deux événements. En effet, les scientifiques du GIEC(2), comme ceux d'autres instances indépendantes (3)  sont d'accords pour dire que la lutte contre le réchauffement climatique passe obligatoirement par une diminution très importante de consommation des énergies non renouvelables.  

Se réorganiser pour répondre aux deux défis:

Il faut penser la réorganisation des circuits de distribution et de production (ceux qui participent à la destruction  de 40% de la nourriture !). Les productions, leurs utilités, les façons de produire  doivent être repensées. Cela  entraine le rapprochement des lieux de fabrication des lieux de consommation ainsi que des lieux d'habitations. Naturellement, les lieux d'habitations doivent  aussi participer à cette nécessaire évolution puisqu'ils sont la source principale du gaspillage  de l'énergie (Selon l'ADEME, l'agence de l'énergie, plus  42 % de l'énergie consommée en FRANCE, l'est dans les bâtiments).  

Les rencontres Eco-citoyennes sont donc un lieu de réflexions,  d'échange de savoirs  et de savoir faire qui préparent la transformation de nos modes de vies. Elles sont  une expression de ce que l'on appelle « la  transition » qui a démarré depuis quelques années et qui est symbolisée par le mouvement « villes et villages en transition »  (Ce mouvement est parti de la  petite ville Anglaise de Totnes). A l'heure actuelle, d'autres territoires,en FRANCE, travaillent sur cette évolution indispensable (Exemple:  La région du  TRIEVES au sud de Grenoble) .

La congélation du vivant  sur l'ile de Spitzberg (archipel de SVALBARD  en  Norvége)

1 – voir le blog de Benoit Thévard sur la fin du pétrole et la transition.

2 – Groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat. Il constitué de plusieurs milliers des scientifiques.

3 – l'association Négawatt, originaire de la région de Montpellier est composée de plus d'une centaine de spécialistes des questions énergétiques sur lesquelles elle travaille depuis plus de trente ans. Elle a mis au point en 2006 un scénario de descente énergétique à confort constant. (ce scénario intègre la sortie totale du nucléaire à l'horizon 2036 ). Le scénario est en cours de remise à jour pour 2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *