Changer de modèle économique avant qu’il ne soit trop tard !

Économie et nature ne font qu'un:

La bioéconomie.

Sous titre ; Et si nous n'étions pas plus intelligents que des levures ?

Un de nos objectifs sur ce site est de contribuer à faire pendre conscience que  nous nous  développons ( les pays riches , les pays industriels) en produisant un gaspillage gigantesque (1). Depuis 200 ans  nous avons usé et abusé  de l'énergie en général  et des matières premières en particulier. Aujourd'hui, sous la pression , sous la contrainte, nous sommes en train de faire le  constat de « notre » action. Un  constat que d'aucuns jugent proche de la faillite !
Ce constat peut être fait grâce à des mises en gardes en provenance de différents sources dont les scientifiques  ne sont pas étrangers.

(voir les lanceurs d'alertes ).

Moins2watts se devait de parler d'un mathématicien  trop méconnu (2). Il s'agit d'un mathématicien (devenu économiste), Roumain, du nom de Nicholas Georgescu-Roegen. Il contribua fortement à développer l'idée de bioéconomie.

Cette théorie économique  se fonde sur ce que les scientifiques appellent l'entropie.

En effet, si nous essayons de comprendre les raisons pour lesquelles notre monde en est venu à gaspiller, avec une force aussi gigantesque l'énergie et les matières premières,(3)  nous pouvons avancer l'idée,  sans trop de risque, que c'est parce qu'il a choisi de ne reconnaitre -curieusement- qu'une seule des deux lois fondamentales  énoncées par SADI CARNOT.  Il s'agit des  lois dites de la  thermodynamique que cet ingénieur a contribué à définir.  Il se trouve, que la plupart des "quidams"  sont capables d'énoncer la première  et pas la seconde pourtant reconnue par Albert Einstein comme essentielle. Ces deux lois apparaissent contradictoires puisque la première concerne la loi de conservation de l'énergie, le fameux " rien ne se perd , rien ne se crée , tout se transforme " ( propos qui aurait été attribué à tort, au célèbre chimiste, Philosophe et économiste, Antoine Laurent de LAVOISIER) alors que la deuxième énonce le principe selon lequel tout processus de transformation de l'énergie entraine immanquablement une perte irrémédiable d'une partie de celle-ci. C'est ce que l'on appelle l'entropie ( la désorganisation, la diffusion , la dissémination  de  l'énergie).
A partir de cette loi "oubliée" Georgescu-Roegen a donc fait tout un travail indiquant que l'économie est en fait intimement liée à la nature. La plupart des modèles économiques appliqués, jusqu'à présent, ont somptueusement ignoré , la nature et ses lois. La  bioéconomie remet donc en cause, les fondements des théories économiques orthodoxes et, en particulier, les  théories libérales (au sens économique) et  qualifiées parfois de néolibérales. (4)

Vous trouverez,  au travers du lien ci-après, une vidéo qui contribuera , nous l'espérons, à vulgariser la bioéconomie. Elle sera, sans doute, l'alternative du XXI ème  siècle au capitalisme : ICI 

 

Pour étayer le propos, vous trouverez, ci-après, les réflexions d'un ami Physicien de formation que Moins2watts a consulté. A la suite de la lecture du projet  de l'article  il nous a déclaré :

"J'ai pas grand chose à rajouter si ce n'est une réflexion sur l'entropie des activités humaines.
En effet, on peut assimiler l'entropie d'un système à un désordre de la structure interne de ce système. La deuxième loi de la « thermo » stipule que l'entropie d'un système fermé ne peut qu'augmenter.
Au final l'entropie d'un système fermé est maximale ce qui veut dire que son désordre est maximal. La terre étant un système fermé, toutes les transformations liées à l'activité humaine tendent à augmenter le niveau d'entropie de la planète et donc son désordre.
L'énergie étant nécessaire aux transformations humaines, plus nous utilisons de l'énergie, plus nous transformons et plus nous augmentons le désordre. A terme nous cesserons de transformer parceque le désordre sera maximal (vaste décharge).

Un exemple: depuis le début de la société industrielle nous utilisons des minerais pour en extraire le métal. Or, avant cette période, le métal était concentré dans des zones et lieux bien définis (concentration des gisements de minerai) et après cette période, (dans un futur proche) cette masse totale de métal extraite du sol n'aura pas disparue mais sera complètement éparpillée sur la planète et donc extrêmement difficile à récupérer.
Ainsi donc nous partons d'un système ordonné (les gisements primitifs) et nous allons vers un système désordonné (une soupe de matériaux répandus à la surface du globe) où il ne sera plus jamais possible de retrouver le niveau de production, de technologie que nous avons actuellement. La deuxième loi de la thermo dit clairement que nos descendants ne pourront plus vivre comme nous, sauf conquérir de nouvelles planètes pour en exploiter les ressources (ce qui n'est pas possible du fait de l'abaissement du niveau technologique lié à la baisse de la consommation énergétique elle même liée à l'augmentation de l'entropie).

En conclusion nous sommes bel et bien dans la merde!

J'ajouterais quand même une pointe d'optimisme à ce que j'ai dit en disant que les sociétés humaines qui génèrent le moins d'entropie par leurs activités sont les peuples de chasseurs-cueilleurs qui vivent en équilibre thermodynamique avec leur écosystème et qui donc sont tout à fait durables.

Donc l'homme peut vivre sur terre quasiment indéfiniment à condition de ne rien transformer (ce qui revient à dire qu'il doit utiliser le minimum de technologie et d"énergie)

L'homme ne serait-il pas plus intelligent qu'une levure ?

Dernière réflexion qui est celle d'un vigneron: collectivement, nous (les hommes,) ne sommes pas plus intelligents que des levures.
En effet, les levures dans une cuve de jus de raisin vont consommer du sucre et produire de l'alcool (fermentation) mais elle vont le faire en se multipliant de manière dramatique (exponentielle) sans penser une seconde à gérer les ressources (sucre) pour vivre plus longtemps. Non, les levures épuisent totalement les sucres disponibles et meurent dans un collapsus général,dans une pénurie de ressources, étouffées et intoxiquées par le sous-produit de leur activité (l'alcool).

La question est posée: en quoi sommes nous plus intelligents que des levures quand à la capacité de gérer le ratio "consommation des ressources/ ressources disponibles" pour assurer notre pérénité ?
Si les gouvernements actuels disaient par exemple: "divisons notre consommation de pétrole par 10 pour que nos arrières petits enfants aient encore du pétrole pour se déplacer et faire fonctionner leurs usines" on pourrait alors penser que oui, vraiment, nous sommes plus évolué que des levures. Mais a-t-on déjà entendu pareil discours?

Amitiés

Jean-Charles "

(1) Nous entrainons malheureusement  les pays sous-développés dans le même mode de développement.
(2)Il travailla avec un des économistes les plus célèbres, Joseph SCHUMPETER de l'école autrichienne .
(3) Certains seront surpris par cette information. Nous les  renvoyons simplement sur des sites ou blogs tels celui de Benoit THÉVARD ingénieur des Mines.(www.avenir-sans-petrole.org/)
(4) Les théories défendues , principalement, par Friedrich HAYECK puis Milton FRIEDMANN . Ces théories économiques  sont mises en application depuis plus d'une trentaine d'années. Elles  gouvernent presque totalement  l'économie mondiale aujourd'hui .
 

 

3 thoughts on “Changer de modèle économique avant qu’il ne soit trop tard !

  1. Salut,

    Problème avec le lien "www.avenir-sans-petrole.org" dans l'annotation (3) qui renvoie vers la page wikipedia de Milton Friedman et non vers le site espéré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *